La réhabilitation du site de la Verrerie de la Discipline

 

Question écrite du 15/09/2016

  • de DUFRANE Anthony
  • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal

La SPAQuE a pour principale mission de s’occuper de réhabilitation de décharges et de friches industrielles polluées en Wallonie.

Pour ce faire, elle réalise un inventaire des sites pollués de Wallonie tout en développant des projets dans les énergies alternatives.

Pour chacun de projets de réhabilitation, une fiche de suivi est créée.

Cela permet de connaître l’état d’avancement de chaque dossier, l’état du site et le projet de développement économique.

À Gilly, le site de la Verrerie de la Discipline est un ancien site d’activité économique, d’une superficie totale de 42 500 m² en cours de réhabilitation.

Utilisé depuis le début du 20e siècle pour la fabrication du verre, le sol de ce site contient d’importantes quantités d’huiles minérales, d’hydrocarbures et de métaux lourds.

Le projet de développement économique pour ce site prévoit le développement de PME.

Lorsqu’on examine la fiche technique de ce site, on constate que les dernières actions menées par la SPAQuE sur le site datent de 2008 :
– étude des faisabilités économique, technique et urbanistique ;
– note d’état des connaissances réalisées ;
– plan d’investigations complémentaires élaboré.

Monsieur le Ministre peut-il donner plus d’informations sur l’état de ce site ?

Quelles actions ont été menées depuis 2008 ?

Qu’est-ce qui peut expliquer le manque de mise à jour de cette fiche depuis huit ans ?

 

 

 

 

Réponse du 29/09/2016

  • de DI ANTONIO Carlo

L’occupation du site par diverses activités a été le premier frein à la réalisation des investigations par SPAQυE. Les « empêchements » d’accès ont été constatés par PV d’huissier de justice.

Le morcellement du site en un grand nombre de parcelles a constitué le second frein à la maîtrise foncière du site.

En 2014, SPAQυE a acquis une petite parcelle sur laquelle elle mène actuellement une première étape des travaux de réhabilitation; le reste du site, qui appartient toujours à de multiples propriétaires privés, reste inaccessible.

Les travaux en cours, localisés uniquement sur cette parcelle, ont pour principal objectif de la sécuriser (risque d’incendie) et de la rendre plus salubre (présence de déchets, prolifération de rongeurs, …).

SPAQυE n’étant propriétaire que de cette partie du site, la poursuite des travaux de réhabilitation ne peut actuellement être envisagée efficacement et globalement.