La propreté publique durant les festivals

 

  • Question écrite du 25/09/2017
    • de DUFRANE Anthony
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

La propreté publique est un enjeu important pour l’environnement, mais aussi pour l’attractivité touristique de la Wallonie.  Même si les organisateurs peuvent faire des efforts, les grandes manifestations comme les festivals ou les fêtes de Wallonie sont des moments où les nuisances environnementales et les incivilités augmentent (déchets, pollution sonore…).  Sur le terrain, les agents manquent et le problème reste difficile à éradiquer. Sur base de ces informations, quels sont les dispositifs existant en Wallonie afin d’intensifier la lutte contre ce type de comportements irrespectueux ?  Monsieur le Ministre peut-il nous fournir les statistiques des contrôles lors des festivals de l’été ?

 

  • Réponse du 11/10/2017
    • de DI ANTONIO Carlo

S’agissant d’incivilités environnementales localisées lors de festivals et de grandes manifestations, ce type d’incivilités est traité par les agents constatateurs communaux et par la police locale. L’administration n’a pas connaissance des statistiques à ce sujet.  Dans la réorganisation du Département de la Police et des Contrôles adoptée en mars dernier, le Gouvernement a validé la création d’une cellule spécifiquement dédiée aux incivilités environnementales. Celle-ci pourrait apporter son appui aux agents de proximité. Il faut rappeler qu’une révision de la Partie VIII du Code de l’Environnement est en cours, et que celle-ci vise notamment à renforcer le nombre d’agents constatateurs sur le terrain.  La meilleure façon de lutter contre ces comportements passe d’abord par l’éducation des jeunes et les campagnes de sensibilisation telles que celles menées dans le cadre de l’opération Festivals Wallonie Demain en collaboration avec Wallonie Plus Propre. À titre d’exemple, cet été, pour lutter contre les mégots de cigarettes jetés par terre, une distribution de cendriers de poche a été lancée dans les festivals en complément des poubelles prévues à cet effet.  Par ailleurs, certains festivals misent dès le départ sur le « zéro déchet » refusant à la base tout papier (dépliant publicitaire, etc.), gadgets et bouteilles en plastique en privilégiant les boissons au fût et la vaisselle réutilisable, et en prônant le recyclage des matières (décors, mobiliers, etc.). Ces actions que nous encourageons constituent une autre manière de responsabiliser les festivaliers.