L’évolution du chantier du petit ring de Charleroi

Question écrite du 23/10/2017

    • de DUFRANE Anthony
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Je me permets d’interpeller Monsieur le Ministre sur l’état d’avancement du chantier du R9. Pour rappel, depuis septembre 2014, le petit ring de Charleroi subit d’importants travaux de rénovation.  En effet, au fil du temps et avec le volume du trafic, le R9 s’était dégradé. Même si des mesures ont été prises afin d’éviter au maximum les embarras de mobilité, ces travaux engendrent pourtant de nombreuses congestions au niveau du ring et de ses dessertes.  De plus, ces travaux accusent du retard suite à des difficultés rencontrées lors de la première phase.   Comme nous le savons, la phase II de l’important chantier a démarré au mois de mai.  L’objectif annoncé était d’accélérer la poursuite des travaux afin de résorber autant que possible le retard accumulé dans la 1re phase. Cette seconde phase devait se terminer avant les congés de la construction de juillet 2017 afin d’entamer les travaux de la phase 3 dans la foulée.  Globalement, pourrait-il me dire où en est le chantier par rapport au timing initial ?  Le timing estimé de fin des travaux était prévu pour septembre 2017. Cela n’étant pas respecté, quelle est l’échéance envisagée ?  Enfin, le budget initial va-t-il être respecté ?

 

  • Réponse du 16/11/2017
    • de DI ANTONIO Carlo

Dans ce chantier complexe de réhabilitation du ring de Charleroi, le retard initial qui était de plus d’un an après la fin de la première phase sera résorbé à 4 mois au total, hors travaux de peintures, qui se dérouleront avec gêne très réduite au trafic. En effet, la phase 2 des travaux est bien terminée depuis juillet 2017 et la phase 3 est en cours. L’objectif reste bien, en fonction des conditions météorologiques, de terminer tous les travaux en face supérieure des ouvrages pour cette fin d’année et de procéder à la mise en peinture des structures métalliques portantes sous le tablier en 2018. Il s’agit là d’un beau défi de la part des équipes, tant de l’entreprise en charge du chantier, que du Service public de Wallonie, car je rappelle qu’il s’agit d’un chantier complexe et d’envergure, qui vise à réhabiliter en profondeur la partie sud (aérienne) du ring, sur un tronçon de 1,8 kilomètre et qui comporte 15 ponts, 9 viaducs, ainsi que 9 accès et sorties, ce qui nécessite la mise en œuvre de moyens techniques un peu hors norme. Comme c’est souvent le cas pour des chantiers d’ouvrages d’art de ce type, l’apparition d’aléas techniques, tels que pour ce cas précis, le travail de remplacement des joints de dilatation plus conséquent que prévu, le réajustement du dimensionnement des quadripodes de soutien et l’augmentation des surfaces de réparation de dalle en béton, donneront lieu à quelques suppléments qui ne sont pas encore définitivement établis à l’heure actuelle.