L’essoufflement du métier de commerçant ambulant

 

  • Question écrite du 23/10/2017
    • de DUFRANE Anthony
    • à JEHOLET Pierre-Yves, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation

Le métier de commerçant ambulant n’est pas tous les jours aisé. Auparavant, les marchés offraient un potentiel de clients plus importants et permettaient par exemple aux maraîchers d’économiser le coût d’un bail. Aujourd’hui, pour tenir le coup, les maraîchers sont souvent obligés de diversifier leur offre. Les marchés perdent tout doucement de leur attrait selon leur localisation.  Par ailleurs, la nouvelle génération perd l’habitude de venir au marché effectuer ses achats et les marchés deviennent alors moins attrayants. Quelle est l’analyse de Monsieur le Ministre de la situation des maraîchers ?  Quelles sont les mesures mises en place ou envisagées afin d’aider ce secteur d’activité et d’améliorer leurs rendements ?

 

  • Réponse du 17/11/2017
    • de JEHOLET Pierre-Yves

Concernant le métier de commerçant ambulant en général, je rappelle que ce secteur joue un rôle important dans l’animation d’un centre-ville. Dès lors, mon Cabinet intègre ce volet dans la réflexion qui est menée afin de redynamiser les centres des villes et communes wallonnes. Concernant les maraichers, actuellement il existe le Centre Interprofessionnel Maraîcher, en abrégé C.I.M., qui est une ASBL née suite au rassemblement de plusieurs producteurs maraîchers wallons, et qui a pour but de mettre en place et de stabiliser une structure de vulgarisation et de services pour la production de légumes en Wallonie. À partir de 2000, la Direction générale de l’Agriculture du SPW a reconnu l’association comme centre pilote en production maraîchère pour le marché frais. Un centre pilote est une association qui permet le développement et la vulgarisation, afin d’encourager et de soutenir des actions collectives organisées dans le cadre d’un secteur de production, en collaboration avec les milieux professionnels concernés et au bénéfice de l’ensemble des producteurs actifs dans ce secteur de production sur le territoire de la Région wallonne. Le C.I.M. a bénéficié d’une subvention afin d’assurer ses missions. J’invite l’honorable membre à se tourner vers le Ministre de l’Agriculture, Monsieur René Collin, pour plus d’informations à ce sujet.