Mur végétal

Question posée par le Conseiller Monsieur Anthony Dufrane

page1image2320152944

Une startup allemande “ Green City Solutions” est à l’origine du projet CityTree. Il s’agit d’un mur de 4 mètres de haut et de 3 mètres de large pour 60 centimètres d’épaisseur qui est composé de mousse végétale.

Ce mobilier urbain, composé de 1600 pots de mousse, permet de purifier l’air des villes. En temps normal, il faudrait 275 arbres sur un rayon de 50 mètres pour absorber l’équivalent en particules fines et en dioxyde d’azote. Or, les bactéries présentes à la surface de la mousse, attirent les particules fines et les absorbent. Une fois qu’elles ont intégré la pollution, elles meurent et se transforment en source nutritive pour la mousse. Ainsi, chaque année, ce mur végétal peut absorber près de 40 tonnes de gaz, de poussières et de particules.

Monsieur l’Echevin, en sachant que ce mur végétal nécessite très peu de maintenance, que l’installation est autonome grâce à un panneau solaire qui l’alimente pour l’arrosage et qu’il réduit la pollution de l’air de 30% dans un rayon de 50 mètres serait-il envisageable d’en installer un dans notre ville ?

page1image2320268432

page1image2320270784

Réponse de Monsieur l’Echevin Cyprien DEVILERS

page1image2320276992

Monsieur le Conseiller,

Je vous remercie pour votre question.

En effet, la Ville de Bruxelles a en effet décidé de placer, en avril dernier, un City Tree, et ce pour une période d’essai de 3 mois. Ce mobilier urbain de 2,80m sur 2,80m a été installé au- dessus de l’escalier du Mont des Arts. Pour votre parfaite information, il n’est plus là. La Cellule Energie de la Ville de Bruxelles a testé le « produit », et les retours d’expérience s’avèrent peu concluants, la Ville a rendu le mobilier à son propriétaire sans signer de contrat pour l’achat de 3 City Trees, comme ils en avaient initialement l’intention.

Il présentait, sur papier, l’intérêt de pouvoir absorber les particules fines et le dioxyde d’azote présents dans l’air dans des proportions similaires à l’effet de 275 arbres. Il était équipé d’un panneau solaire qui l’alimentait pour l’arrosage. Il pouvait également diminuer la température dans un périmètre de cinq mètres et ainsi combattre les îlots de chaleur urbains.

page1image2320987680

page2image2321099104

Afin d’obtenir de plus amples renseignements et vous apporter une réponse complète, nous avons pris contact avec le service responsable de laCellule Energie, en chargede l’implémentation du dispositif à Bruxelles. Vous trouverez ci-dessous un descriptif des éléments qui nous ont été transmis.

Aspect positif :

– Pour sensibiliser les gens au réchauffement climatique, il s’agit un très bel outil. (Esthétique, mobilier urbain convivial et en technologie embarquée …)

Aspect négatif :

– Au niveau de la filtration de l’air, on ne saura jamais vraiment vérifier précisément, mais cet argument annonçant qu’un City Tree absorbe autant de particules fines et de CO2 que ne le feraient 275 arbres, semble erroné. On avoisinerait d’après l’étude menée à Bruxelles, à l’équivalent de 2- 3 arbres, et maximum 10. Olivier Brasseur de la Cellule Interrégionale de l’Environnement – IRCEL-CELINE- est venu installer un appareil de mesure validé par la Région, et les chiffres s’avèrent différents de ceux annoncés par le City Tree.

– Un dispositif permettant de mesurer la qualité de l’air en temps réel est placé sur les côtés du City Tree. Toutefois, il semblerait que son fonctionnement pose problème et les résultats qui en découlent ne semblent pas suffisamment fiables

– En théorie toujours, le City Tree est équipé d’un système d’irrigation automatique (et autonome) des plantes grâce aux panneaux solaires qui le constitue et de la cuve d’eau de 1000 litres prévue pour récolter l’eau de pluie. En juin, suite aux fortes chaleurs que nous avons connues, le mur végétal était tout desséché. Les ouvriers communaux ont donc été contraints de remplir 5 ou 6x la cuve, ce qui a engagé des frais supplémentaires et une mobilisation de la part de quelques ouvriers.

D’un point de vue technique également donc, l’autonomie annoncée est aussi remise en cause.

Un rapport plus complet sur cette expérience bruxelloise devrait être disponible sous peu, nous ont confié les instances concernées. Elles nous le transmettront dès qu’il sera finalisé. Nous étudierons à nouveau cette piste dès réception de ce dernier.

Je me permets de vous préciser également qu’il y a 8 ans, un projet similaire avait été proposé au Collège Communal mais sans être finalement retenu. Un mur végétal représente en effet un investissement important et un entretien conséquent.

page2image2321153856