Immeuble Magister

Question de Monsieur le Conseiller Anthony Dufrane

page1image2298809696

Madame l’échevine,

Le 20 novembre dernier je vous questionnais sur le  » Projet Magister  » et restais malheureusement sur ma faim à la lecture de votre réponse.

A savoir que plusieurs de mes questions semblent être restées sans réponse.

1° Les 100 mètres de barrières métalliques fixées depuis plusieurs années dans nos trottoirs communaux sont-elles en règle d’urbanisme ?

2° Ce bâtiment vide depuis début 2016 est-il frappé de la taxe immeuble inoccupé ( rentrées financières annuelles pour la ville estimées à 136.500 € ) , je conçois que cette question concerne plutôt votre collègue des finances et ai donc rédigé une question en ce sens à qui de droit.

3° Pour les délais et la péremption du permis vous m’avez répondu que le permis avait été obtenu le 19.12.11 modifié en date du 28.04.15. Que le promoteur avait 5 ans pour finaliser les travaux. Pourriez-vous donc me rappeler les règles en la matière à savoir: à partir de quelle date de délivrance débute le délai du permis ?

4° Pour le volet alarme intempestive ou j’avançais que le système d’alarme pouvait se mettre en route jusqu’à 10 fois par jour et nuit, vous m’avez répondu que renseignements pris auprès des services de police qu’aucun déclenchement n’a été signalé et qu’il s’agissait probablement d’une erreur de ma part. A ce sujet, permettez-moi de vous signaler que de nombreux riverains se plaignent depuis près de 2 ans de cette alarme et que certaines patrouilles de police interpellées par les riverains proposent d’appeler le 101 à chaque fois que l’alarme sonne. J’estime que cette solution ne pourrait que surcharger le central téléphonique des urgences et que la solution serait d’imposer au propriétaire de cet immeuble un système d’alarme avec des détecteurs intérieurs.

Afin d’étayer mes dires et afin que vous ne puissiez plus douter un instant de mes propos, je vous propose de visionner 4 vidéos réalisées ces derniers jours et identifiant clairement le bâtiment évoqué ainsi que l’état de propreté du chantier.

https://vimeo.com/252335965 https://vimeo.com/252335022 https://vimeo.com/252337441 https://vimeo.com/252329564

D’avance je vous remercie pour vos réponses et vous remercie de votre attention. Cordialement,

page1image2298993152page1image2298993424page1image2298993760page1image2298994032 page1image2298994304

page2image2220958048

Réponse de Madame l’échevine Ornella Cencig

page2image2298767440

Monsieur Le Conseiller Communal,

Tout d’abord, concernant votre interrogation sur l’installation de barrières de chantier, je vous informe que ces travaux sont dispensés de permis d’urbanisme selon l’art 262 du CWATUP.

Ensuite, je laisse le soin à Madame l’Echevin en charge des finances de vous répondre dans la question que vous lui avez également adressée.

En ce qui concerne la validité du permis d’urbanisme, ma réponse formulée à votre question du 20 novembre 2017 reste valable.
En effet, selon l’article 86 du CWATUP, le bénéficiaire du permis délivré le 28 avril 2015 dispose d’un délai de 2 ans pour entamer de manière significative les travaux autorisés, et d’un délai de 5 ans pour les terminer.

Enfin, de renseignements pris auprès du propriétaire par l’administration de l’urbanisme, il ressort que le dernier déclenchement d’alarme remonte à fin novembre 2017. En outre, le propriétaire du bâtiment est lié à une société de gardiennage qui, dès déclenchement de l’alarme, intervient sur place et effectue une ronde intérieure et extérieure.

De plus, la Police Locale m’informe qu’elle s’est rendue au boulevard Tirou, plus précisément en l’immeuble MAGISTER, afin d’y rencontrer un responsable.

La personne présente leur a signalé être étonné de l’objet de leur démarche.

Selon lui, il est certes arrivé, à plusieurs reprises, que le service de douane, effectuant des missions nocturnes, provoquaient le déclenchement de l’alarme en retour de mission, mais il ne s’agissait là que de brefs déclenchements.

Après réflexion, il s’est souvenu qu’à deux reprises, l’alarme incendie s’est déclenchée et qu’il a fallu « un certain temps » avant de pouvoir la couper.

Cela remonte cependant à quelques mois, selon l’intéressé.

Il ajoute qu’en ce qui concerne les courts déclenchements occasionnés par de mauvaises manipulations, ceux-ci ne devraient plus avoir lieu, le service de douane ayant déménagé vers Gosselies.

Toujours selon ce responsable, le système d’alarme intrusion, bien que vieillot voire obsolète, n’a connu aucun problème technique ni déclenchement intempestif.

La police Locale lui a néanmoins rappelé que si tel était le cas, il y avait obligation de faire examiner l’installation par un technicien, ce à quoi il s’est engagé.