Des ruches sans miel

Question de Monsieur le Conseiller Anthony Dufrane

Face au déclin des abeilles, des actions concrètes semblent nécessaires pour les préserver. Le taux de mortalité chez les abeilles est un sujet inquiétant depuis des années.

De ce fait, une initiative a été mise en place à Dijon. Il s’agit du projet Habeetation. Ce sont deux ruches dédiées aux abeilles qui ont été installées dans la Ville. Dans celles-ci, le miel ne sera pas récolté.
Ce sont donc des ruches non-productives à destination des collectivités et associations afin de soutenir le redéploiement des populations butineuses. C’est donc un refuge au profit des abeilles uniquement et qui a pour objectif de protéger celles-ci et d’endiguer un déclin .

Monsieur l’Echevin, les ruches Habeetation tentent d’apporter une solution au problème en favorisant le redéveloppement des essains sauvages. Que pensez-vous de cette initiative? Celle-ci pourrait se développer dans notre commune?
Je le rappelle, s’impliquer dans la protection des abeilles et protéger la biodiversité est essentiel pour tous.

page1image2968344128

page1image2968348960

Réponse de Monsieur l’Echevin Cyprien DEVILERS

page1image2968352464

Monsieur le Conseiller,

Je vous remercie pour votre question.

Le sujet est intéressant mais il serait judicieux de se référer aux spécialistes de l’apiculture de notre région et notamment ceux du rucher-école de et à Ransart.

Par ailleurs, la Ville de Charleroi collabore avec le « rucher-école », notamment au travers des visites organisées sur le site.

Celles-ci sont demandées en général par des services de la Ville et comptent de mars à août 2017, 45 visites réparties comme suit :

– visites scolaires : 600 enfants + 80 encadrants
– place aux ados : 40 enfants + 6 encadrants
– journée découverte entreprise : 20 enfants +1 encadrant
– réseau Jacquady : 35 adultes
– département des ainés : 5 enfants + 20 adultes
– centre aéré de Ransart : 120 enfants + 15 encadrants
– garderie de Ransart : 20 enfants + 3 encadrants
Il arrive que des services externes à la Ville de Charleroi sollicitent une visite (par exemple, le centre aéré de Pont-à-Celles qui comptait 60 enfants + 6 encadrants).

page1image2968438176

page2image2965848960

Par ailleurs, il existe d’autres ruches sur l’entité, dont notamment le nouveau rucher de situé dans le verger des Fiestaux à Couillet. Celui-ci a été inauguré le 18 août dernier par l’ASBL Charleroi Nature. Comme le signale l’asbl sur son site (www.chana.be), «le lieu sera prochainement habité par une jolie colonie d’abeilles Buckfast, race réputée peu agressive. Vous êtes apiculteur et cherchez un lieu pour vos ruches? Entrons en contact, il reste de la place! »

La SRPA dispose également de plusieurs ruches. Il y a deux ans, les cadets de la SPA, en collaboration avec Charleroi Nature et « Ruchers des terrils » et « Ruches en ville », ont installé 4 ruches. Celles-ci sont situées sur un terrain reconnu par l’ASBL Natagora et qui bénéficie du label « réseau nature ». Cette année, ces ruches ont permis une récolte de près de 40 kilos de miel.

Enfin, la Direction Prévention Sécurité, en charge du réseau Jaquady, nous informe que bien que le projet Habeetation soit accueilli de manière positive par plusieurs jardins partagés du réseau jaquady (pour rappel, le réseau des jardins de quartiers dynamiques regroupe à ce jour une quinzaine de jardins), il est indispensable d’analyser préalablement les tenants et aboutissants de ce type de projet et notamment en matière de sécurité des bénéficiaires des jardins partagés (écoliers, plus particulièrement).

D’autre part, au vu des informations recueillies auprès de Monsieur Alain Dereymaeker, Président de l’asbl « les ruchers des terrils », l’installation et « l’entretien » de ruches non- productives demandent une maîtrise pointue du sujet ; le développement des colonies et la production de miel devant être constamment contrôlés.

Ce type de projet nécessiterait donc de mettre en place des partenariats avec des personnes qualifiées en la matière.

La DPS n’exclut pas la possibilité de mettre cela en place sur l’un ou l’autre jardin partagé du territoire mais devra préalablement réaliser une analyse plus approfondie quant à la faisabilité du projet.

page2image2969280736