Actions pour une ville durable

Question posée par le conseiller Anthony Dufrane

Monsieur l’Echevin,

Suite aux récentes grandes modifications urbaines qui touchent la ville de Charleroi, j’aurais aimé faire le point sur un versant crucial de notre développement ; celui de l’écologie.

Tous les progrès faits par la Ville sont de grande envergure et très satisfaisants. Ils modifient notre Ville de manière positive en vue de relancer l’économie de la Ville et redorer son image auprès du public.

Des milliers de personnes se déplacent notamment pour Rive Gauche et la place de l’écologie et du développement durable doit être centrale dans un monde comme le nôtre. Le développement doit faire de pair avec les réalisations industrielles et urbaines.

Beaucoup de solutions et de projets existent pour rendre une ville plus verte. Je pense notamment à la création de nouveaux espaces verts, de jardins participatifs, au fait d’inciter les citoyens à utiliser plus fréquemment les transports publics, à la mise en avant de l’utilisation du vélo, à la réalisation de bâtiments qui respectent les normes écologiques, etc.

Il manque du vert à notre Pays noir. Redonner de la couleur, de la vie et de la nature ne peut qu’être positif pour une ville en pleine expansion.

Monsieur l’Echevin, j’aurais aimé connaitre votre avis sur le sujet. Ne pensez-vous pas que rendre notre ville éco-responsable dans le but de vivre dans une ville plus agréable et qui respecte l’environnement ne peut être que positif à Charleroi. La Ville a-t ’elle mis en place un plan « vert » qui prévoit de faire attention à tous les problèmes liés à l’écologie et auxquels la ville pourrait devoir faire face ?

Je vous remercie d’avance pour les réponses que vous pourrez m’apporter.

Anthony Dufrane, Conseiller communal

 

Réponse de Monsieur l’Echevin

Monsieur le Conseiller,

Je vous remercie pour votre question.

Charleroi dispose d’un patrimoine naturel important et diversifié : friches industrielles, carrières, terrains humides aux abords de la Sambre et de l’Eau d’Heure, parcs privés et publics, bois et prairies agricoles riches en espèces.

Une telle diversité est indispensable aux équilibres biologiques (cycle du carbone, cycle de l’eau, équilibre entre les organismes « nuisibles » et leurs prédateurs, etc.). Le désintérêt envers ces questions au profit du seul développement économique risque de mener à des catastrophes.

C’est pourquoi il est indispensable de considérer les deux objectifs de front : économique et qualité de l’environnement.

Pour relever ce défi, la Ville de Charleroi a mis et continue à mettre en place une dynamique qui s’appuie sur un partenariat d’acteurs locaux (administration communale, associations, entreprises privées, particuliers, etc.) qui créent des groupes de travail et mettent en œuvre des stratégies et des projets concrets de développement dans le cadre socio-économique communal.

C’est le cas (la liste est longue) du Plan mobilité, le Ravel, le PCDN, le Contrat de Rivière Sambre et Affluents, la gestion raisonnée des espaces verts, le projet ZéroPhyto, la Convention des Maires, PAEDC (Plan d’Action en faveur de l’Énergie Durable et du Climat), les règlements communaux en faveur de la conservation de la nature, les jardins partagés, le plan fleurissement, les actions de sensibilisation des carolos au respect de l’environnement, Entreprise Nature Admise, projet Zéro déchets…

Par ailleurs, nous pouvons également citer deux grands projets verts de notre métropole: le parc Nelson Mandela de Monceau dont les travaux sont en cours de finalisation, et le Parc Astrid qui suivra le même chemin dans les prochains mois.

On constate donc aisément que le développement durable concerne tous les acteurs de notre Ville.

Les multiples projets précités peuvent être considérés comme les pièces d’un grand puzzle qui doit être construit tant avec des acteurs locaux que régionaux.